Entretien avec Jean-Marc Potdevin, fondateur d’Entourage, l’asso à l’origine de « LinkedOut »

Un Vendée Globe pour l’Inclusion

En 2020, la société Advens, premier pure-player français de la cybersécurité, a annoncé se mettre dans l’ombre pour mettre en lumière le réseau professionnel de ceux qui en n’ont pas, LinkedOut, à travers son voilier, qui prendra le 8 novembre prochain le départ du Vendée Globe, Tour du Monde en solitaire, avec le talentueux navigateur nordiste Thomas Ruyant. Un grand projet est né ! La course au changement peut débuter avec pour objectif de remettre à l’emploi les personnes en grande précarité mais également à plus long terme de changer le comportement de tous, entreprises, collectivités, grand public… en matière d’inclusion. Entretien avec Jean-Marc Potdevin, Président de l’association Entourage, à l’origine de LinkedOut…


Pouvez-vous en quelques mots nous présenter LinkedOut et sa genèse ?

LinkedOut est le réseau professionnel des exclus. Sur la plateforme www.linkedout.fr, les citoyens peuvent viraliser les CV de candidats en précarité sur leurs propres réseaux en un clic, générant une visibilité inédite pour ces invisibles, et ainsi des opportunités d’emploi ! C’est essentiel dans la vie d’avoir un réseau. Beaucoup de personnes n’en ont pas. Ils sont coupés de relations. 10% soit 6 millions de français ont moins de trois conversations par an et manquent cruellement de socialisation (étude Fondation de France 2016). Voilà pourquoi nous avons décidé avec l’association Entourage de fonder LinkedOut. Entourage a pour but de connecter les personnes en précarité notamment des personnes sans domicile fixe à leurs voisins à travers une plateforme. Nous côtoyons avec Entourage un public qui a de l’expérience mais qui ne peut la mettre en avant à cause d’un fort isolement. Ces personnes sont dans une pauvreté économique et sociale importante, souvent le fait d’accidents de la vie ou d’inégalités dès l’enfance, elles ont moins de chances que les autres. Nous avons décidé d’aller encore plus loin avec LinkedOut en essayant de faire participer les entreprises, les citoyens afin de réinsérer le plus grand nombre. LinkedOut fait appel à la société, aux entreprises, à tous pour recréer ces liens sociaux et professionnels.

LinkedOut a permis à 11 personnes en précarité de retrouver un emploi en 2019. Quel est la suite de votre programme ?

LinkedOut est une idée d’Entourage qui a été expérimentée en 2019. Nous avons réalisé un test avec 15 personnes en grande précarité en mettant leur CV, leur profil professionnel sur notre site internet LinkedOut.fr. 11 ont retrouvé un emploi dans les trois mois. Nous souhaitons remettre dans la vie professionnelle des centaines de personnes dans les années qui viennent. En 2020, nous espérons mettre au moins 100 profils en ligne et passer à la vitesse supérieure. Cela va demander une mobilisation forte de nos équipes et des entreprises.

LinkedOut ne fait pas que mettre en relation. Vous accompagnez également les personnes en précarité dans leur nouveau métier. Quel est ce processus ?

La viralisation des CVs sur le web est la partie visible de LinkedOut mais nous ne nous arrêtons pas là. Nous avons des bénévoles qui nous aident à coacher les personnes en précarité afin de préparer avec elles leurs CVs notamment mais également les suivre dans leur phase de recherche et après lorsqu’elles ont trouvé un travail. En quelque sorte, nous accompagnons et entraînons nos candidats. La communauté Entourage crée également autour d’elle un réseau de soutien et d’amitié informel et convivial qui motive, donne confiance et soutien. C’est un processus de fond basé sur le relationnel, la rencontre. 

On parle de personnes en précarité mais qui sont-elles effectivement ?

Il n’y a pas une définition très précise de la personne en précarité, pas de profil type. Chaque individu a son histoire singulière. LinkedOut s’adresse à des personnes sans domicile fixe, à des personnes récemment arrivées en France, sortant de parcours d’insertion, à des jeunes issus de l’Aide Sociale à l’Enfance… Nous remarquons quelques constantes dans ces différents parcours : le cumul de problèmes – c’est très souvent multi-factoriel – et une rupture relationnelle forte, souvent ancienne, familiale ou amicale. 

Quelle est votre définition de l’inclusion ?

Toute personne doit se sentir participante au jeu humain. C’est ça l’inclusion. L’inclusion, c’est quand la société s’ouvre pour laisser une place à chacun. C’est à nous tous de bouger et non pas aux exclus de se battre seuls contre vents et marées. J’ai le souvenir de Kenny, l’une des premières personnes que nous avons aidée avec LinkedOut, me dire qu’il rêvait lorsqu’il était dans la rue de payer ses impôts. C’est un bon exemple de ce que qu’est l’inclusion : participer au collectif !Une délégation LinkedOut à la rencontre de son grand voilier et Thomas Ruyant à Lorient

Voilà LinkedOut sur le prochain Vendée Globe ! Quels sont vos objectifs en participant à cette course avec un voilier au nom de LinkedOut ?

Notre objectif est d’aider à opérer un changement de la société en matière d’inclusion en s’appuyant sur la force du Vendée Globe, de ce Tour du Monde, dernière grande expédition sportive et humaine. Nous voulons que le plus grand nombre change de regard. Quand on rencontre une personne en précarité. Notre but est de pousser les entreprises à s’engager, à donner leur chance à des personnes ayant eu des parcours compliqués mais qui ont aussi des compétences et des qualités à apporter. Concrètement, cela passera par le partage des CVs qui mettra en visibilité aux candidats et, nous l’espérons, donnera aux entreprises l’envie de leur laisser leur chance. Philosophiquement, nous voulons insuffler une nouvelle vision de l’homme. Chacun a sa beauté et sa dignité.

Plus généralement, vous souhaitez sensibiliser un maximum de monde en matière d’inclusion, pourquoi ? La France est-elle tant en retard ?

La société que nous avons créée rejette certaines femmes et hommes sur le trottoir. Nous sommes quasi tous, dès notre enfance, engagés dans une course à la réussite et la performance individuelle. Une sorte de compétition entre tous. Les gens qui ne peuvent pas participer à cette course ils sont broyés par notre système. Même s’il y a des filets de sécurité en France, nous ne répondons pas toujours à l’idée de participer ensemble à un monde meilleur et inclusif. Nous avons une vision occidentale utilitariste de l’Homme. Quelque part, l’exclusion est dans notre regard, dans le rejet. On peut faire beaucoup mieux !

Avec Advens, partenaire du projet qui a offert le nom du bateau à LinkedOut, vous avez un ADN en commun, celui de la tech positive. Comptez-vous rassembler des entreprises autour de votre message commun et qu’est- ce que la tech positive ?

Les entreprises ont le pouvoir de changer le monde. Elles ont un impact social sur la société. Nous avons donc naturellement un objectif de fédérer un maximum de sociétés autour de LinkedOut. On doit pouvoir rassembler. Les collaborateurs ont besoin de sentir que leurs entreprises ne sont pas que des machines à profit mais aussi des vecteurs de solidarité. LinkedOut est une belle réponse ! Le rôle de l’entreprise dans l’inclusion en embauchant par exemple un profil LinkedOut est vraiment de nature à motiver tous les salariés.Avec Advens, nous avons en effet le même ADN. Il est fondé sur l’esprit d’entrepreneur, l’idée que l’entreprise est au service des hommes et des femmes, et pas le contraire. Nous évoluons aussi dans le même secteur à savoir la tech et nous la voulons positive. La tech peut asservir l’homme, ou détruire des ecosystèmes, exalter nos mauvais penchants. A l’inverse, nous développons une tech libre, qui vise un impact positif, qui donne du sens et qui œuvre pour le bien commun, et respectueuse de son environnement. Nous nous sommes bien trouvés avec Advens et nous avons monté un grand mouvement pour l’inclusion, une course au changement.

Quel est votre rêve pour LinkedOut ?

Je ne rêve pas de chiffres. Je rêve que le projet Linkedout nous échappe. Que chaque citoyen, que de nombreuses entreprises… s’accaparent notre idée et s’inspirent de Linkedout afin de changer la donne.

Thomas Ruyant prendra le départ le 4 juillet de sa première course en solitaire à bord du révolutionnaire voilier LinkedOut, la Vendée – Arctique – Les Sables. Un message ?

Je lui souhaite de donner le meilleur de lui-même pour cette première course de la saison, si importante avant le Vendée Globe. Thomas, c’est l’excellence. Quand nous l’avons rencontré avec notre comité de la rue, avec qui nous prenons toutes nos décisions, assez vite, nous nous sommes rendus compte qu’il nous ressemblait. Thomas, il est comme nos personnes en précarité mais dans son milieu. Il se bat, il donne le meilleur de lui-même en mer et à terre. C’est un guerrier, comme les personnes sans-abris le sont à leur manière pour survivre dans la rue. Ce projet LinkedOut- Vendée Globe est génial car, pour une fois, nous donnons le meilleur aux personnes exclues. Thomas va se battre pour eux. Nous lui souhaitons bon vent en prenant évidemment soin de lui à bord de ce révolutionnaire voilier LinkedOut volant.

Enfin, Quand on pense LinkedOut, on pense naturellement à LinkedIn. Quel est votre rapport avec ce réseau ?

Nous avons une grande chance d’avoir le soutien de LinkedIn. La marque LinkedOut appartient à LinkedIn, nous avons quasi le même logo et ils nous ont permis de les utiliser pour notre cause. LinkedIn aspire vers le haut notre LinkedOut. Merci !VIDEO / LinkedOut à la rencontre de Thomas Ruyant et son voilier à Lorient 



Biographie de Jean-Marc Potdevin
Jean-Marc Potdevin a fait sa carrière dans les start-ups innovantes et les nouvelles technologies (co-fondateur de Kelkoo). En 2004, il est nommé Vice-Président de Yahoo Europe en charge de l’ingénierie, puis devient ensuite business-angel pour aider de jeunes entrepreneurs. Début 2012, il reprend les rênes opérationnelles de Viadeo, premier réseau social professionnel français. Il quitte Viadeo début 2014 pour fonder l’association Entourage.  Au cours des 2 années passées à Paris chez Viadeo, Jean-Marc Potdevin s’est souvent retrouvé personnellement confronté à des situations de détresse de personnes SDF.  Il s’est senti plusieurs fois démuni ou seul face aux problèmes de ces personnes. C’est en utilisant les réseaux sociaux depuis son smartphone pour essayer de trouver des solutions à leurs problèmes qu’il imagine la création d’un réseau citoyen sur téléphone mobile, pour aider les riverains à entrer en relation et à  agir avec les personnes SDF – réseau qui deviendra Entourage.Le voilier LinkedOut au départ de la Vendée Arctique Les Sables le 4 juillet et du Vendée Globe le 8 novembre !

À propos du défi « VOILE » LinkedOut – Vendée Globe

Thomas Ruyant prendra le départ le 8 novembre prochain de son deuxième Vendée Globe, Tour du Monde en solitaire, sans escale et sans assistance. Il sera au départ à bord de LinkedOut de la Vendée – Arctique – Les Sables dès samedi. Thomas Ruyant est le seul marin au Monde à avoir remporté la Mini Transat, la Route du Rhum et la Transat AG2R La Mondiale. Avec son équipe, TR Racing, basée à Lorient, le marin, originaire de Dunkerque, a construit un monocoque « dernière génération » capable de voler régulièrement au dessus de l’eau grâce à des foils. Cette année, avec son partenaire principal, la société Advens, il a décidé de donner du sens à la performance en soutenant LinkedOut. 


En savoir plus sur LinkedOut : www.linkedout.fr
En savoir plus sur le projet de Course au Changement, initié par le voilier LinkedOut sur le Vendée Globe : https://www.linkedout-vendeeglobe.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *